7h58 ce samedi-là - Before The Devil Knows You’re Dead de Sidney Lumet (critique)

Publié le par NiCo

cine-control-corbijn.jpg

Source : Allocine

 

Réalisé par Sidney Lumet

Avec Philip Seymour Hoffman , Ethan Hawke

 

Note 5/10

2 frères décident de braquer une bijouterie, celle de leurs parents. Evidemment tout va déraper. L'idée de départ est plutôt intéressante, le traitement de l'histoire l'est aussi. L'histoire est construite au travers de flashbacks et des points de vue des différents personnages. On vit donc l'histoire à travers les yeux des 3 protagonistes principaux : le frère ainé « le meneur », le cadet « looser » et le père « victime ».

Mais autant dans Pulp Fiction, c'est génial autant ici, ça tombe à plat, ça n'apporte rien à l'histoire et ça ne dynamise aucunement le récit. La faute à des ellipses trop fréquentes alors qu'on voudrait suivre le personnage à 100 % pour s'attacher à son point de vue, de ce fait on a l'impression qu'il nous manque des clés pour bien comprendre les personnages. Les transitions d'un point de vue à l'autre sont très énervantes au niveau sonore et visuel (faut voir le film pour comprendre).

Personnellement je n'ai pas trouvé les réactions des personnages très crédibles, peut être parce qu'on ne s'attache pas aux personnages et finalement on ne les comprend pas.

Reste des acteurs formidables que ce soit Ethan Hawke ou Philip Seymour Hoffman, une histoire très sombre, immorale, loin des clichés hollywoodiens classiques et un traitement original qui se démarque des films de braquage habituel.

 

Bref un film décevant mais les critiques étant très élogieuses (influencés par le passé du réalisateur qui n'est pas le premier venu ?), mon avis a l'air minoritaire alors faites vous votre propre opinion.

NiCo.jpgNiCo 
   

Publié dans Cinéma - Séries TV

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

CaptainNavarre 27/10/2007 18:56

Je ne partage pas du tout cette opinion, mais alors pas du tout. La construction complexe de l'histoire ne tombe aucunement à plat, la mécanique est exemplaire et ciselée avec une précision d'orfèvre. Les personnalités des différents protagonistes ne nous sont pas apportées sur un plateau, clés en main, mais par bribes et se dessinent au fur et à mesure tant et si bien que l'on ne saisit le fonctionnement de tous leurs rouages internes qu'à la fin du film. Je vais jusqu'à dire que ce Before the Devil Knows You're Dead est une magistrale leçon de cinéma, ce que n'était pas le distrayant Pulp Fiction, en dépit de toute la sympathie que j'ai pour ce geek de Tarantino.

Sith 25/10/2007 10:50

Hé bien, à voir la bande-annonce, ça donne quand même envie de le voir... bien que je ne suis pas friand des sauts dans le temps, car il faut bien s'accrocher sinon...